• 4 commentaires
  •  

     

    Bonjour à toutes et tous

    Je m'accorde quelques temps pour vivre, écrire et méditer. Toute ma reconnaissance pour votre curiosité, votre intérêt et votre fidélité. Cordialement.


    votre commentaire
  • Poésie à soi (deux versions)

     

     

     

    Puiser, s’épuiser

               à

    Garder l’œuf

    Regarder l’œuvre

    Sauvegarder l’heure.

     

    Trouver l’œil

    Retrouver la feuille

    Approuver la poésie.

     

    1ère version (03/09/16)

     

    *-*-*

    Puiser, s’épuiser

               à

    Créer l’œuf

    Recréer l’œuvre

     

    Trouver, la retrouver

     

    Garder l’œuf

    Regarder l’œuvre

     

    La tenir et retenir

    S’y nourrir, en mourir.

     

     

    2ème version (04/09/2016)


    4 commentaires
  •  

     

    Pour Les Poètes en Berry : Rivière et poésie

    La poésie s’y baigne nue

    Elle est la rivière

    Des vers cachés, non lus.

    L’eau vivante, solitaire.

     

    Pêcheurs ! Poètes !

    Ne vous y mirez point !

    Elle ignore les fêtes

    Lignes, plumes et poings.

     

    La poésie s’y noie

    Elle est le courant maudit

    Des vers secrets, sans voix.

    Elle est son âme en repli.

     

    Passants ! Poètes !

    Contemplez son corps indocile !

    Sauvez-la de sa tête

    De vos pas, de vos plumes fragiles !

     

    (03/09/16)

     

     


    3 commentaires
  • -          J’peux t’dire quelque chose ? Tu n’es pas assez mûre.

    -          Et toi, selon le goût de leurs papilles, tu le serais bien trop.

    -          Trop ! Tu exagères. D’ailleurs, il est stupide de nous comparer. Nos couleurs ne sont pas de la même saison.

    -          Si je suis plutôt acidulée, c’est pour exister, me distinguer sur leurs langues gourmandes. Ce n’est tout de même pas ma faute si je fonds trop vite !

    -          Oh tu sais, j’ai le même problème, ma même sensation. Quand vient l’automne, ma maturité est du pur sucre. Comme toi, exquise, je disparais dans leurs bouches impatientes. Si nous sommes la tentation, le désir, ne sont-elles pas, hélas, notre plus beau gouffre ?

     

    (01/09/2016)


    3 commentaires