• Pour la communauté L'Herbier de poésies : sagesse des bois et forêts

     

    Cottage près de l’entrée du bois, dessin de Rembrandt

     

     

    « Ô le bel exil

    Que d’exister en forêt

    De cueillir la vie

    Comme fruit du paradis

    Comme fleur ou lumière ! »

     

    Pour s’endormir en sagesse, le vieillard se chuchotait ces quelques vers apportés jadis par un oiseau merveilleux pendant le premier jour de construction de sa maison si éloignée de l’humanité.

     

    « Ô le bel exil

    Que de respirer sans fin.

    Bonheur est maison. »

     

    (04/07/17)

     

     

     

     

    « Commmunauté L'Herbier de poésies : Un hêtre, deux êtresMon blog suspendu pendant l'été »

  • Commentaires

    5
    Samedi 8 Juillet à 20:42

    Exil cueilli comme un fruit d'or

    sagesse d'une vie choisie

    si loin du tumulte du monde

    4
    Samedi 8 Juillet à 14:55

    Bonjour Suzâme, il est gens qui aiment et d'autres ne supporteraient... dans la vie, solitude et compagnie, un peu de deux.... jill wink2

    3
    josette
    Samedi 8 Juillet à 09:06
    josette

    Temps apprivoisé

    attente devenue sereine

    pour le vieil homme

    2
    Samedi 8 Juillet à 08:44

    Maison sérénité

    le dernier cap approche

    oiseaux bonheur !

    1
    Samedi 8 Juillet à 00:01

    contemplation!

    une maison construite loin de l'humanité

    peut-elle faire de l'exil

    douceur de vivre?

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :