• IL Y A

    Il y a

     

    Il y a chardons et ronces

    Griffes de l’existence

    Et les papillons pour l’enchantement

    Tout est là pour l’âme

    Qui s’emplit de tout ce que l’être annonce

    De beauté et d’espérance

    Tout ce que l’humanité réclame

     

    Il y a l’étang

    Vases de vestiges noyés.

    Il y nos rêves liés.

     

     

    Inédit (14/05/12)

    « Textoésies et vous : Quand naît le printemps...Quelques mots sur l’été… »

  • Commentaires

    11
    Mercredi 2 Juillet 2014 à 11:15
    marinelou

    Je pense qu'elle sait notre chagrin, mais rien n'est certain Suzâme, on espère, voilà tout, comme le beau bai brun Onyx qui la cherche et montre le manque qu'il a d'elle, nous faisons au mieux et comme nous le pouvons, la peine est une manière de dire son amour perdu, notre attachement a une petite merveille de la nature...

    Bisous

    10
    suzame
    Mercredi 2 Juillet 2014 à 07:49

    bonjour Marine,

    Je partage ta tristesse et te remercie d'avoir exprimé la tienne chez moi. Imagine que ta jument soit sereine et te regarde pleurer. Tu lui transmettrai alors ta peine, hors comme lorsque nous étions enfants nos grands-parents nous murmuraient que l'être cher qui meurt est au ciel, rêve de ce monde où l'on se retrouve enfin en paix. Ta jument le connait. Je t'embrasse. Suzanne

    9
    suzame
    Mercredi 2 Juillet 2014 à 07:45

    Bonjour Jill,

    Oui, il s'agit bien de celle que nous avons toutes et tous commenté sur overblog, "jadis", depuis quelques temps, elle est sur facebook : https://www.facebook.com/valerie.kayser.1?fref=tl_fr_box. Il suffit de te créer un compte avec la même inspiration que ton blog, une sorte d'extension intulé par exemple Jill-Bill et tu resteras l'acrobate des mots, la muse des partages avec des liens plus faciles sur ce que tu aimes dans la culture ou autre... Je t'embrasse. Suzâme

    8
    Mercredi 2 Juillet 2014 à 06:38
    marinelou

     

     

    Il y a la vie qui s'écoule

    ma jument baie qui est partie

    un après-midi de juin

    Il y a la peine qui stagne

    il y a les nuits de chagrins

    il y a l'absence et le silence

    l'indifférence parfois

    il y a la vie qui s'écoule

    il y a nos mains démunies

    il y a mon coeur qui se noie

    dans les noirceurs du quotidien

    Il y a le temps dispersé...

    7
    Mardi 1er Juillet 2014 à 01:04

    Valérie, serait-ce Valy... sinon je ne vois pas ! Merci..... Bises de jill et au plaisir !

    6
    suzame
    Lundi 30 Juin 2014 à 20:43

    Bonsoir Noun,

    Merci pour ces vers qui se goûtent avec le coeur. J'espère revenir vraiment à la rentrée 2015. Bonne continuation. Suzâme

    5
    Dimanche 29 Juin 2014 à 18:41

    Les ronces qui nous griffent

    Donnent aussi les mûres;

    Le cadeau d'un sourire

    Peut briser la défiance...

    4
    suzame
    Dimanche 29 Juin 2014 à 13:36

    Bonjour Josette,

    Merci pour cette belle déclaration poétique et je t'embrasse même éloignée encore pour quelques temps du monde des blogs. En juin, dès ma retraite, nous nous installons en province. Et j'espère retrouver cette envie et ce bonheur de communiquer d'astre en astre.

     

    3
    suzame
    Dimanche 29 Juin 2014 à 13:34

    Bonjour Jill,


    Merci de te poser comme libellule de poésie sur mon blog déserté. Je t'embrasse et quelqu'un d'autre me demande te transmettre le bon souvenir qu'elle a de toi, Valérie que je retrouve quelquefois sur facebook.


     

    2
    Samedi 28 Juin 2014 à 17:37

    Il y a , il y avait, il n'y a plus...

    Passe le temps d'abord ami

    Sourire et liesse

    Et déjà le dernier soupir...

     

    Il y a, il y avait, il n'y a plus...

    Ainsi se conjugue la vie

    Du berceau à la vieillesse

    Et mourir...

     

    Bien amicalement, jill

     

     

     

     

     

     

    1
    Samedi 28 Juin 2014 à 17:00
    Josette

    Il y a l'enfant et sa mère


    - Des pleurs et des rires


    - De grandes joies et


    - Des petits bonheurs


    Et puis il y a la vie


     


    Il y a des fruits sur l'arbre


    - Des confitures dans l'armoire


    - Des instants gourmandises


    - Des tartines aux goûters


    Et puis il y a la vie


     


    Il y a que tu as grandi


    Il y a que j'ai vieilli


    Il y a eu notre vie


     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :